• C'est de ça qu'ils me qualifient. Parce que je parle a ceux qu'ils ne voient pas, ceux qui, pour eux  ne sont pas réels.

    A l'hôpital, la cellule était tachée de flaques rouges, la porte blindée me coupait du monde extérieur. Mais je ne suis pas seule, Elle est là, Elle veille sur moi.

    Hier, "ils" m'ont attachée, ils disaient que mon cas s'aggravait, Ils m'ont emmenée dans une salle avec une table a lanières, m'ont attachée et une douleur intense m'a traversée la tête. J'avais l'impression de mourir. J'ai criée pour que ça s'arrête, j'ai criée pour ne plus sentir cette douleur atroce. Elle était là, Elle regardait mais ne pouvais rien faire. Elle me regardait, horrifiée, avec une expression de tristesse et de colère que je ne Lui connaissais pas. Je me débattais mais la camisole me retenais et je ne pouvais plus bouger.

    Deux jours plus tard, mes cheveux étaient trempés de sueur, des cernes creusaient mon visage, ma vision avais diminuée et je me tordais de douleur. Le plus clair de mon temps, j'étais assise en tailleur par terre en pensant que si j'avais été comme eux, ma vie serais différente. Mais je n'étais pas comme eux, et ma vie était une prison dont j'aurais aimée m'échapper.

    Deux moi plus tard, je n'avais plus de cheveux, mes ongles étaient tombés, ma peau se détachait par lambeaux et j'étais cette fois totalement aveugle. Je ne La voie plus, elle est partie. Les nombreuses cicatrices qui courent le long de mon crâne saignent parfois et la camisole me laisse des marques douloureuses sur tout le corps.

    Un an plus tard, les cicatrices s'étaient étendues sur le reste de mon corps et je ne bougeais plus. Ils avaient sectionnés certains de mes nerfs a cause d'un manque d'anesthésiant. Je ne ressent plus rien, ni joie, ni bonheur.

    Quatre mois plus tard, mon nom était inscrit sur une des tombes du cimetière de l'hôpital mais personne n'a jamais pleuré.

     

    Jade

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique