• Amour

    L'adolescent regardait la fille. Elle était grande, elle faisait sa taille. Debout dans l'encadrement de la porte, elle portait une robe noire qui soulignait ses courbes jusqu'aux hanche puis s'évasait en volants de dentelle.

    Elle le regardait, visiblement triste. Elle s'avança vers lui, les éclats de verre ne semblant pas l'incommoder. Elle retira doucement le couteau de la main du garçon. Il la regardait faire, sans bouger.

    Il avait essayé de la tuer. Il s'y était accroché. Mais sa raison avait eu raison de sa volonté. C'était la première fois que ça lui arrivait. Il avait l'habitude d'en tuer. Mais celle-là, il n'avait pas pû.

    Pourquoi, il ne savait pas. Il savait seulement qu'il s'était caché dans la salle de bain de la fille après avoir tué sa famille. Elle avait fini par l'entendre sangloter dans son coin. Elle avait fini par comprendre qu'il l'avait épargné.

    Il avait dans les yeux de la tristesse et du repentit. Elle avait dans les yeux de la douceur et de la gentillesse mais on devinait chez elle de la cruauté.

    Elle prit le couteau et le planta avec force dans le mur, brisant une dalle de carrelage blanc. Le garçon sursauta. Elle lui tendit la main et l'aida à se relever. Une fois debout, elle le plaqua contre le mur, un sourire mauvais aux lèvres. Elle se pencha et dit quelque chose dans l'oreille avant de le lâcher et de retourner dans sa chambre.

    Il était pâle. Il avait peur d'Elle mais il était attiré en même temps. Il fit ce qu'elle lui avait dit: il la rejoignit dans sa chambre. Quand il entra, il réprima un haut-le-cœur. Des membres pendaient de part et d'autres de la pièce. Sur la commode, il n'y avait ni maquillage, ni bijoux mais des scies et cisailles de toutes tailles.

    Elle était assise sur son lit, les yeux fixant l'adolescent. Il s'approcha d'elle et la regarda longtemps. Puis, cédant à un désir violent, il de jeta sur elle et lui plaqua une main sur la bouche. Elle ne bougea pas, ne se débâtit pas, attendant la suite. Le même désir qui avait poussé le garçon à l'allonger lui dicta de glisser ses mains sous la robe noire. Et c'est encore ce même désir qui lui dit de la caresser. Sans rien lui faire, juste la caresser doucement, lentement, comme si elle était de porcelaine et que le moindre geste brusque pouvait la briser. Une goutte de sang tomba du plafond sur le visage de la fille, lui dessinant une larme écarlate. Il leva la main. Elle se protégea le visage. Il passa sa main derrière le cou de la fille et la remonta en position assise. Il posa sa tête dans son cou et l'étrégnit comme si elle faisait partie de lui. Il savait maintenant pourquoi il ne l'avait pas tué: il l'aimait. Il l'aimait autant que son cœur lui perméttait encore d'aimer quelqu'un.

    Jade


  • Commentaires

    1
    Samedi 10 Mai 2014 à 20:55

    Brrr...

    Le nouveau couple doit faire attention dans la chambre si il ne veut pas se prendre une scie ! 

    Ils vont parfaitement ensembles ^^'

    Sincèrement, à par ce texte, ce n'avais jamais lu d'histoire d'amour entre deux psychopathes.  

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Samedi 10 Mai 2014 à 21:01
    Héhé, au début, on se doute pas que c'est une psychopathe parce qu'au départ, elle était pas sensée en être une. Mais c'est plus amusant.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :